Mardi 18 mars 2014 : Manifestation à 10h30 (départ devant la Poste de Guéret), réunion publique à 18h (IRFJS)

Cliquer sur l’image pour visualiser le tract.

 tract 18 mars image

protection sociale – Emploi – Salaire
Grève unitaire le 18 mars !
Emploi, pouvoir d’achat et salaires, accès aux services publics, protection sociale… la situation économique et sociale continue de se dégrader. Les salariés du public comme du privé, mais aussi les jeunes, les chômeurs et les retraités ne l’acceptent pas.
Le pacte de responsabilité proposé par le gouvernement est conditionné à une nouvelle et importante réduction des dépenses publiques. Or cette politique est déjà responsable depuis des années, de la baisse des salaires des agents de la Fonction publique, d’une réduction considérable des emplois et d’une dégradation des services publics à la charge de l’Etat et des collectivités territoriales. La fin de la contribution des entreprises à la branche famille à l’horizon 2017 va constituer un manque à gagner pour la protection sociale et risque d’entraîner sa fiscalisation.
Notre modèle social est ainsi fragilisé alors qu’il avait été reconnu comme un amortisseur de la crise.

Pour réorienter ces choix économiques et sociaux, la FSU , avec la CGT, FO et Solidaires, appelle les personnels à être en grève le 18 mars prochain.

4 raisons de faire grève

Fonction publique
Notre pays a besoin de sa Fonction publique, qu’elle soit d’Etat, Territoriale ou Hospitalière, comme il a besoin de l’ensemble de ses services publics. Ils sont un puissant levier pour lutter contre les inégalités et les injustices sociales, pour répondre à tous les besoins sur l’ensemble du territoire et faire face aux évolutions sociales, démographiques, économiques, aux exigences écologiques. S’il est nécessaire de prendre des mesures pour relancer l’emploi, cela ne doit pas se faire au détriment des services publics, de la fonction publique et de ses agents pour compenser de nouvelles aides aux entreprises, sans condition ni contrôle.

La fonction publique et les services publics sont créateurs de richesse et participent au développement de l’activité et de l’attractivité de notre pays.

Ils ont donc besoin d’être soutenus ou développés, et c’est particulièrement vrai en période de crise. Et réformer la Fonction publique nécessite des moyens.

Les agents de la fonction publique, qui n’ont pas non plus été épargnés ces dernières années (suppressions massives d’emplois, gel du point d’indice, retraites, précarité…), ne peuvent plus attendre. Si le premier ministre a apporté le démenti que nos fédérations de fonctionnaires demandaient concernant la baisse de pouvoir d’achat et le gel des avancements, il confirme néanmoins que la fonction publique participera à la baisse de la dépense publique, ce qui apparaît comme une

Emploi
La courbe du chômage ne s’inverse pas. Nous assistons juste à un ralentissement de la hausse. Et aujourd’hui environ 1 actif sur 6 est inscrit à Pôle Emploi.

La légère décrue constatée chez les moins de 25 ans est le fait de contrats aidés qui n’annoncent en rien une reprise de l’embauche dans le secteur privé. En revanche les seniors et les chômeurs de longue durée continuent de s’enfoncer dans le chômage.

L’emploi public nécessite également d’être relancé, et la précarité de nombreux non titulaires est insupportable. Dans de nombreuses académies, des actions se développent pour obtenir davantage de moyens pour la rentrée scolaire 2014. Il y a urgence a créer des emplois dans tous les secteurs où cela est nécessaire.

Protection sociale
Notre pays a la chance d’avoir une protection sociale solidaire et il y consacre une part importante de notre PIB. C’est d’abord l’accès gratuit à l’éducation et à la santé qui contribuent à la réduction des inégalités de revenus. Et le déficit est dû non pas à l’excès de dépenses mais au manque de recettes !

Pour autant, les besoins à couvrir dans notre société sont immenses et posent une nouvelle fois la question du financement : santé, perte d’autonomie, compensation du handicap, famille, retraite…Cela implique une réforme ambitieuse appuyée sur des recettes supplémentaires.

Il convient ainsi d’élargir la part patronale des cotisations à l’ensemble de la valeur ajoutée des entreprises, de mettre fin aux abattements et exonérations (avec une modulation en fonction de la politique de l’entreprise en matière d’emploi, de salaires et d’investissements), de mettre un terme à la fiscalisation croissante de la protection sociale. Cela suppose aussi une politique économique et sociale en faveur de l’emploi et des salaires ainsi qu’une réelle réforme de la fiscalité.

En annonçant une réduction d’au moins 50 milliards d’économies pour réduire le déficit
public et financer le pacte de responsabilité pour les entreprises, le Président de la République s’est placé dans l’impasse de l’austérité.

Salaires
Aucune mesure pour mettre fin au gel du point d’indice n’est à l’ordre du jour sauf l’augmentation de la retenue pour pension ! Et ce malgré la hausse des prix !

Nous connaissons bien le constat :
- Le point d’indice est gelé depuis le 1er juillet 2010 et a perdu 13 % de sa valeur depuis 2000.
- Les traitements nets ont reculé de 16 %
- 20 % des agents sont payés au SMIC.
- Des mesures pour la catégorie C qui sont loin de répondre aux attentes.
- Des politiques indemnitaires qui ont joué contre l’emploi et les solidarités et aggravent les inégalités
- Des professions qualifiées insuffisamment rémunérées…

Ce sujet fait notamment l’objet des négociations, dans le cadre des discussions PPCR (Parcours professionnels, carrière, rémunérations) prévues en mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

3  928Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>